fbpx
Menu Fermer

Mon argent

 

Au quotidien, le frontalier gère son argent sur 2 pays, 2 monnaies : reçoit son salaire en franc suisse, quelques dépenses en Suisse, vit avec sa famille en France ou il paye son logement. Certains épargnent en côté helvétique, d’autres côté français ou même les 2 en même temps.

 

 

 

RECEVOIR SON SALAIRE EN FRANC SUISSE

 

Pour recevoir votre salaire en franc suisse, il faudra fournir à votre employeur les coordonnées bancaires d’un compte en Suisse. Une grande partie des banques suisses proposent des comptes “salaire” avec des offres plus ou moins adaptées aux frontaliers. En terme de tarifs, les établissements bancaires suisses facturent des frais mensuels au titre d’une domiciliation à l’étranger pouvant aller jusqu’à 100.- CHF !

Les filiales de banques françaises ( CA Next Bank, Banque du Léman, CIC ) qui même si l’activité principale demeure le marché domestique suisse, ont, du fait de leur origine, une sensibilité plus développée des problématiques des frontaliers.

Côté français, le groupe Crédit Mutuel/CIC met à disposition des frontaliers une solution complète avec un compte en euro et en franc suisse en une seule banque. Enfin, le développement d’internet a vu se développer les banques en ligne ou le service de transfert d’argent proposant des solutions complètement digitales avec des conditions tarifaires compétitives.

 

LES BANQUES FRANÇAISE ET LES OFFRES AU FRONTALIERS

 

Pour gérer ses euros en France, il n’est pas nécessaire d’avoir une banque qui dispose d’une offre pour les personnes qui travaillent en Suisse… mais cela peut s’avérer bien pratique ! Les banques régionales, installées depuis de longues dates à la frontière, suivies ces dernières années par les banques nationales, ont développé des services spécifiques pour les virements à l’international, les prêts en devise,  les garanties de change qui peuvent s’avérer utiles et économiques. Les banques en ligne, sans disposer d’offre spécifique, demeurent une alternative à explorer tant leurs frais de base sont compétitifs.

 

ÉPARGNER EN FRANCE OU EN SUISSE

 

Ayant un lien économique avec les 2 pays, le frontalier a la possibilité d’épargner d’un côté ou de l’autre de la frontière.

Côté Suisse, les rendements des comptes épargne sont très bas, mais l’intérêt d’épargner en franc suisse réside aussi dans la force de la monnaie. Le 3e pilier A ne rapporte pas beaucoup plus, mais permet de bénéficier d’une réduction d’impôt significative. À noter que les frontaliers peuvent contracter un 3e pilier uniquement auprès d’une banque et qu’à compter du 1er janvier 2021, le gain fiscal ne sera au bénéfice que des personnes ayant le statut Quasi Résident

 

Côté français, le frontalier pourra utiliser pour son épargne toutes les solutions bancaires classiques ( Compte sur livret, LDD, PEL etc. ), mais aussi l’assurance-vie. Le nouveau PER ( Plan Épargne Retraite ) offre des avantages fiscaux pour les frontaliers payant des impôts en France.

 

QUI POUR ME CONSEILLER ?

 

Entre une fiscalité complexe sur 2 pays et un nombre important de solutions de placement mobilier et immobilier, il peut être difficile de trouver la meilleure alternative pour la gestion de son argent. Pour placer une somme d’argent, investir de manière responsable ou être accompagné dans ses placements, l’intervention d’un conseiller bancaire ou d’ un conseiller en gestion de patrimoine indépendant (CGP) prendra tout son sens. Le banquier proposera essentiellement les produits de sa banque alors que le CGP disposera de plus de liberté et d’indépendance dans le conseil.