fbpx
Menu Fermer

Crédit

Pour financer son logement ou une résidence secondaire, changer de voiture ou réaliser des travaux, le frontalier dispose de nombreuses solutions pour mener à bien ses projets . Mais quelque soit la nature du financement, la limite de taux d’endettement ne pourra excéder 33% du salaire du ou des emprunteurs. Grâce à son niveau de revenu élevé, une personne qui travaille sur Suisse dispose d’une importante capacité d’emprunt.

 

LES FRONTALIERS ET LE  CRÉDIT IMMOBILIER 

Le recours à l’emprunt est l’une des solutions qui permet d’accéder à la propriété, que ce soit pour l’achat d’une résidence principale, d’une résidence secondaire ou pour réaliser un investissement immobilier. Avec des revenus en franc suisse, le frontalier dispose de la faculté d’emprunter dans la monnaie de son choix. Les taux d’intérêts des crédit en franc suisse ont toujours été plus bas que les taux de la zone euro, ce qui permet à un plus grand nombre de travailleurs frontaliers d’accéder à la propriété. Outre le fait d’emprunter à des taux inférieurs et donc de coûter moins cher,  le prêt en devise présente l’avantage de payer ses échéances dans la monnaie  de son revenu, évitant ainsi l’impact des variations de CHF/€ sur l’une des charges les plus importantes du budget du ménage.

En revanche, le prêt en franc suisse expose l’emprunteur au risque de change en cas de vente anticipée du logement. Afin de minimiser ce péril, l’emprunteur doit d’abord s’interroger sur la durée de conservation du bien, avant de s’engager. Le prêt en euro est recommandé pour un premier achat ou pour financer un investissement locatif. 

La recherche de la meilleure solution de financement passe par la négociation du taux, mais aussi par les coûts annexes dont l’assurance emprunteur. Cette couverture des risques décès, incapacité de travail, notamment, peut être conclue avec une compagnie en toute indépendance de la banque, pour peu que le niveau de garantie soit équivalent. Les compagnies d’assurance proposent uniquement des contrats en euro, il est dès lors difficile de remplacer le contrat en CHF proposé par la banque. L’intervention de l’assureur ou du courtier en assurance aide à mieux choisir le contrat le plus adapté à la situation.

 

Le changement d’assurance emprunteur peut intervenir :

  • dès la mise en place du crédit
  • À n’importe quel moment, dans l’année qui suit la signature des offres de prêt ( loi HAMON);
  • Chaque année à la date anniversaire du prêt moyennant un préavis de 2 mois (loi BOURQUIN);

 

La majorité des banques de la zone frontalière propose des solutions de financement en euro et en franc suisse avec des conditions d’intervention spécifiques pour chacune d’entre elles. Confier son dossier à un courtier en crédit pourra simplifier vos démarches, faire gagner beaucoup de temps et des économies sur le coût du crédit.

 

 

FINANCER UN LOGEMENT SUR FRANCE POUR UN RÉSIDANT EN SUISSE

Le marché de l’immobilier en zone frontalière a été porté par la croissance du nombre de frontaliers, mais également par les résidents suisses qui grâce aux accords de libre circulation sont venus habiter en France. Confrontées à une population consommant majoritairement en Suisse et moins habituée au fonctionnement des banques en France, ces dernières ont largement durci les conditions d’intervention. Pour obtenir un crédit immobilier, avec le statut de non-résident, il faut compter 10 % d’apport pour sa résidence principale ou secondaire et au moins 30 % pour envisager un investissement locatif. L’accompagnement par un professionnel du crédit, connaissant bien la zone frontalière, pourrait être déterminant pour le bon déroulement d’une demande de crédit.

 

 

RENÉGOCIER LE TAUX DE SON CRÉDIT IMMOBILIER

Une baisse des taux d’intérêt peut amener l’emprunteur à solliciter sa banque afin de revoir les conditions de son prêt. Les réponses des établissements de crédit sont variables quand bien même vous entretiendrez de bonnes relations avec votre banquier. Dès lors, vous pourrez solliciter une banque concurrente qui sera prête à reprendre votre crédit dans les cadres d’une relation bancaire globale ( en clair il vous faudra complètement changer de banque). Cette opération de rachat est onéreuse : pour solder son crédit par anticipation, il faudra s’acquitter des pénalités de remboursement anticipé (compter au maximum 6 mois d’intérêts) et honorer des frais de dossier, frais de garantie pour le nouveau crédit. Avant de s’engager, il faut comparer le coût total frais compris de la reprise du crédit et à celui de la proposition de la banque actuelle. L’écart peut réserver des surprises que le courtier en crédit sera capable d’identifier au préalable.

 

 

LE REGROUPEMENT DE CREDIT

Un changement de vie ou de situation professionnelle peut rapidement dégrader la situation financière d’un foyer ne permettant plus d’honorer le remboursement de ses crédits immobiliers, crédit personnel, leasing. Pour éviter de tomber dans le surendettement, il est possible de faire reprendre l’ensemble de ses dettes afin d’étaler le remboursement sur une période plus longue. La solution présente l’intérêt de ramener le montant des échéances mensuelles à un niveau en adéquation avec ses revenus, pour envisager l’avenir avec plus de sérénité. Un regroupement de crédit n’est possible qu’en euro et passera par le reprise des financement en devise.

 

 

FINANCER UN PROJET PERSONNEL, UNE VOITURE, UN VOYAGE…

Comme pour le crédit immobilier, le frontalier pourra obtenir un crédit personnel en devise ou en euro. Une grande partie des banques autour de la frontière propose des prêts personnels en francs suisses avec des niveaux de taux également inférieur aux crédits personnels en euros. Les montants et les durées de remboursement étant nettement réduits par rapport à un crédit immobilier, l’écart de coût entre les 2 solutions peut-être limité. Solliciter un financement via un organisme de crédit personnel peut s’avérer plus rapide et plus simple que d’obtenir un rendez-vous avec sa banque, sans que cela coûte beaucoup plus cher.