05/05/2020 – Le franc suisse est-il toujours une valeur refuge ?

Nous entamons en France notre 8ème de confinement, l’économie tourne au ralenti depuis le 16 mars et tous nos espoirs de retour à une vie ordinaire sont portés par le mot “déconfinement”. Le COVID a mis à bas en quelques semaines une économie mondialisée. Aucun pays, de proche ou de loin, n’a été épargné par le virus et les conséquences gouvernementales de confinement ou non. La situation économique des états et des entreprises s’est considérablement dégradé en 8 semaines ! Pour autant, le cours de change euro/franc suisse n’a presque pas bougé pendant cette période ( 1.055 au 16/03/20 vs 1.05349 au 4/05/20). Alors qu’en période de crise le franc suisse prend de la valeur, pourquoi le cours n’a-t-il presque pas évolué ? 

 

 

 

 

La Suisse conserve ses valeurs fortes

 

La crise du COVID n’a pas épargnée la confédération. La population et l’économie ont été touchée mais en ce qui fait son intérêt pour les investisseurs, rien n’a changé : les fondamentaux sont toujours là. Le pays reste peu endetté, le chômage demeure très bas ( peut-être au détriment des travailleurs frontaliers qui pourraient servir de valeur d’ajustement dans certains cantons). La crise a été géré avec pragmatisme, en témoigne la formule du “ministre de l’intérieur” Alain Berset  “ Nous souhaitons agir aussi vite que possible, mais aussi lentement que nécessaire”.  La Suisse offre toujours les mêmes garanties aux investisseurs en période de turbulence. Alors pourquoi le franc suisse n’a-t-il pas pris plus de valeur par rapport à l’euro ?

 

Les banques centrales à la rescousse  

 

 

La réponse se trouve du côté des banques centrales ( celle qui émettent la monnaie) et qui sont depuis la crise des subprimes les anges gardiens de nos économies. Côté euro, avec avoir un peu tergiversé, Christine Lagarde, la présidence de la BCE a montré son soutien à l’euro en empêchant la hausse des taux d’intérêts, tandis que dans le même temps les pays membres de la zone euro trouvait un accord à 500 Milliard pour sauver l’économie de ses pays membres, donnant du crédit à la monnaie unique. De son côté la BNS ( Banque Nationale Suisse), achète des volumes colossaux d’euros pour éviter que le franc suisse s’envole et mette en péril les exportations de la Suisse vers son principal partenaire économique, l’Europe.

 

 

1,05 le nouveau cours plancher ?  

 

Le cours euro/chf est aujourd’hui “piloté” par la BNS et ne répond plus à un logique de marché. Dès lors, le cours de 1,05 semble s’imposer “officieusement”  comme un nouveau cours plancher pour le cours euro/chf. Dès lors, la seule fluctuation à envisager dans les prochaines semaines, est une hausse de l’euro qui pourrait rapidement remonter vers 1.08. La solution de la vente à terme semble d’actualité pour le frontalier pour préserver son pouvoir d’achat.

 

 

Découvrez la vente à terme GRATUITE chez Change-prive

 

 

Christophe

Change-privé.com

Change-prive

 

 


13/03/2020 – Rapatrier son salaire en ligne et au meilleur taux

Lorsque nous avons lancé change-privé.com l’année dernière, nous n’avions jamais imaginé que les frontaliers allaient avoir besoin d’un service 100% en ligne pour rapatrier leur salaire afin d’échapper au risque de contamination d’un virus en attendant devant un bureau de change. Mais force est de constater que ce service correspond parfaitement au besoin des frontaliers aujourd’hui et cela pour 2 raisons :

 

Change online only !

 

Il permet de faire son change 100% en ligne, 24h/24, 7 jours sur 7 et sans avoir besoin de croiser personne dans la rue. L’inscription en ligne est simple, rapide et vous permet d’accéder rapidement à votre espace personnel ou vous pourrez gérer vos bénéficiaires, consulter l’historique de vos virements, fixer des alertes etc…

 

Des services en plus

 

Change-prive.com  permet de fixer un cours de change pour une période pouvant aller jusqu’à 24 mois. Connu sous l’appellation de Vente à terme, ce service, GRATUIT jusqu’à la fin du mois, permet de garantir le taux de change actuel pour les prochains mois. A l’heure ou le franc suisse retrouve un niveau historique, cela peut représenter une belle opportunité de protéger son pouvoir d’achat.

 

Pour ceux qui dispose d’un capital important a changer, notre plateforme permet de fixer un cours auquel votre change sera réalisé. Vous n’avez plus besoin de suivre l’évolution des devises, dès que le cours de change que vous avez fixé est atteint nous passons la transaction. Vous n’avez plus qu’à nous transférer vos devises !

 

Pour toute information concernant ces solutions, nos équipes sont à votre écoute au numéro 33 (0)3 59 36 01 02 du lundi au vendredi de 9h30 à 18h30

 

Un service gratuit

 

Notre service est gratuit et nous ne prenons pas de frais pour les transferts. En revanche, ce n’est peut-être pas le cas de votre banque en Suisse. C’est pourquoi, nous vous encourageons, lorsque vous saisissez votre ordre sur l’ebanking de votre banque suisse de cocher la case “ frais à charge du destinataire”. Vous trouverez les informations sur nos conditions de rémunération directement sur notre page.

 

Vous avez des questions, n’hésitez pas à nous contacter par mail contact@mon-taux.com ou par téléphone 0987877440


10/03/2020 – Vous pouvez gérer votre crédit immobilier et votre change à distance

La crise du coronavirus amène tout un chacun à s’interroger sur ses déplacements et ses interactions avec les autres. Sans céder à la panique, il faut bien avouer que notre choix d’une solution digitale et locale pour le traitement des dossiers de crédit immobilier comme du taux de change est une réponse adaptée à la situation actuelle. Je vous propose de voir plus en détails comment cela fonctionne.

Négocier mon crédit immobilier en ligne

 

Si vous avez signé un compromis de vente ou la réservation d’un appartement, vous disposez en général de 3 mois pour justifier de l’obtention de votre prêt. Pour votre recherche de financement en ligne voici les différentes étapes :

 

  1. faire votre demande de financement en ligne via formulaire ( 3 minutes)

  2. un conseiller de votre secteur vous appel pour mieux cibler votre projet (dans la journée)

  3. vous recevez par email une première simulation ( dans la foulée de votre échange téléphonique) ainsi que la liste des documents nécessaires

  4. vous pouvez nous transmettre votre dossier directement en ligne

  5. après étude des documents, votre conseiller vous adresse le mandat électronique de recherche de financement que vous pourrez valider en ligne

  6. le conseiller interroge les banques partenaires et vous adresse par email sous 4 jours (en moyenne) les meilleures propositions qu’il a négocié pour vous

  7. lors d’un entretien téléphonique, le conseiller vous explique les avantages de chaque proposition. 

  8. le conseiller dépose votre dossier auprès de la banque que vous avez retenu et organise le rendez-vous.

 

Simple, efficace et surtout sans avoir besoin de vous déplacer. Bien entendu, pour les acquéreurs qui souhaitent nous rencontrer dans nos bureaux de Ferney-Voltaire, Neydens ou Anthy-sur-léman, c’est toujours possible !

 

Rapatrier son salaire 

 

C’est aussi possible sans faire un détour par sa banque suisse, le bureau de change et la banque française avec change-prive.com et avec un taux de change plus avantageux. Nous avons développé ce service avec l’un des plus gros acteurs mondiaux du transfert d’argent Rationalfix. Ce partenariat permet de faire d’importantes économies et de vous offrir des conditions de négociation de vos francs suisse les plus basses du marché ( n’hésitez pas à faire le test) 

 

  1. Vous vous inscrivez gratuitement sur le site change-privé.com

  2. Vous réservez votre taux de change en direct  dans votre espace personnel

  3. Vous n’avez plus qu’à faire un virement de votre compte salaire en franc suisse sur le compte de notre partenaire 

  4. a réception d’un virement part en faveur du ou des comptes en € que vous avez indiqué

Sans compter que notre plateforme de change permet de faire des couverture de change à terme souples, sans frais. 

 

Vous voilà maintenant en capacité de traiter votre dossier de crédit et votre change sans vous déplacer et avec des économies à la clés. N’hésitez de nous contacter par téléphone 0987877440 ou par mail contact@mon-taux.com si vous avez des questions.

 

Christophe 


09/03/2020 – Covid-19, panique et hausse du franc suisse font bon ménage

Nous vivons assurément une période extraordinaire. L’épidémie de coronavirus créé un tel état de panique que les économies mondiales plongent dans le rouges envoyant les investisseurs vers la monnaie refuge que représente le franc suisse. Ce matin, le cours du pétrole chute de 20%, les places financières sont toutes en forte baisse alors que le franc passe sous la barre des 1.06 pour 1 euro. Le coronavirus fait des victimes partout sur la planète mais au rythme où vont les choses, nous risquons de voir mourir plus d’entreprises que d’êtres humains. 

 

Je dois avouer que j’ai beaucoup de difficulté à comprendre le mouvement de panique que nous vivons. En 2020, je n’avais pas imaginé que l’on arrive à se battre dans un magasin pour du papier toilette.

 

La difficulté à mesurer l’impact de la crise sur les économies mondiales encourage les investisseurs à acheter du franc suisse et les taux d’intérêts négatifs voulus par la BNS pour les dissuader ne semblent plus avoir d’effet. La Banque Nationale Suisse intervient massivement en achetant de l’euro mais son impact est limité. Elle pourrait avoir recours à de nouvelles mesures sur les taux d’intérêts dans les prochaines semaines si le franc suisse devait subir de nouvelles pressions.


02/03/2020 – Évolution mitigée du cours euro/franc suisse

Ce matin, l’euro retrouve un peu d’éclat après avoir touché des plus bas depuis 2017. Le ralentissement brutal de l’économie mondiale lié à l’épidémie du coronavirus pousse les investisseurs vers des valeurs refuges ce qui profite au franc suisse. Dans le contexte actuel, il est difficile à court terme, d’envisager un rebond de la monnaie unique. L’annonce, ces dernières heures, de l’intervention des banques centrales pour soutenir l’économie vise à rassurer les marchés et profite à l’euro. Cela explique la légère reprise de ce matin.

 

Malgré tout, l’analyse du marché laisse penser que le franc suisse devrait poursuivre sa hausse face à l’euro. 

 

Analyse Change-privé.com

 


25/02/2020 – Le coronavirus fait grimper le franc suisse

 

L’euro a touché un plus bas historique face au franc suisse à 1,0590 et ce malgré la large intervention de la Banque Nationale Suisse (BNS). La propagation de l’épidémie du coronavirus fait peser un risque important de ralentissement de l’économie mondiale, encourageant les investisseurs à ses tourner vers la valeur refuge que représente la monnaie helvétique.

 

En injectant plus de 2 milliards de francs suisse ces derniers jours, la BNS a tenté de limiter la hausse du franc qui pourrait peser sur l’économie helvétique. Ses efforts ont été vains, car l’euro a poursuivi sa baisse….

 

Une baisse qui n’est peut-être pas terminée car dans le contexte actuelle, il y a peu d’élément qui laissent entrevoir un rebond de la monnaie unique. Il faut que l’Europe traverse une zone de turbulence au niveau politique qui n’a pour effet de rassurer les marchés. Quid de l’impact du Brexit ? Quid de la politique agricole commune après le départ du 2ème plus gros contributeur, la Grande Bretagne ? 

 

Mais le sujet qui me semble le plus inquiétant est l’Allemagne. Ce poids lourd de l’Europe traverse une crise politique forte, entre le montée de l’extrême droite, la crise de la CDU au pouvoir et les incertitudes autour du remplacement d’Angela Merkel, le pays pourrait connaître une passe difficile. Et si la locomotive allemande, s’enrhume, c’est l’euro qui risque de tousser. Cela se produit de surcroît à un moment ou l’Europe a besoin de leaders forts pour affronter les vagues de populistes qui prônent le repli sur soit.

 

Si un rebond n’est pas à exclure, à court terme, la probabilité d’une hausse du franc suisse reste donc importante. 

Analyse : 

 

 

 



03/02/2020 – Vers un rebond de l’euro ?

Entre l’entrée en vigueur du Brexit qui plonge l’Europe et sa monnaie dans l’inconnue et la propagation de l’épidémie de coronavirus qui invite les investisseurs à se tourner vers les valeurs refuges, ces derniers jours ont largement profité au franc suisse, amenant le cours entre 1,0660 et 1,0630.

 

 

De nombreux investisseurs ayant sur-vendu au niveau actuel, nous devrions assister à une hausse de l’euro à court terme pour revenir à un niveau plus proche de 1,07. Cela devrait arranger les affaires de la BNS dont le niveau d’intervention est maintenant plus limité.

 

 

Nous n’avions plus atteint ce niveau de taux de change depuis Avril 2017. Historiquement, l’euro n’a que très rarement été si bas par rapport au franc suisse. Pour les frontaliers, cette bonne période peut-être mise à profit en bloquant sur cours de change à travers une vente à terme.

 

 

Analyse proposée par Change-prive.com 

Change-prive


03/02/2020 – Acheter en France devient plus compliqué pour les résidents suisses.

 

Pour une majorité de genevois, l’accession à la propriété n’est pas possible en Suisse. A défaut de pouvoir concrétiser leur projet dans leur pays de résidence, il fallait se tourner vers la France voisine pour réaliser son rêve de posséder sa maison. Cette tendance a été très amplifiée depuis l’entrée en vigueur des accords de libre circulation en 2003. La vague des achats en France avait connu un ralentissement il y a quelques années avec la montée en puissance du MCG et la préférence cantonale mais depuis quelque mois, les résidents suisses n’hésitaient plus à franchir la frontière pour acheter leur résidence principale. Cette tendance pourrait rapidement s’arrêter car il devient de plus en plus difficile de trouver un financement.

 

Les banque frontalières ferment le robinet des crédits

Quelques établissements bancaires avaient durci leurs conditions depuis quelques mois mais le mouvement s’est généralisé en ce début d’année 2020. Si par le passé, il était possible d’acheter uniquement avec l’argent de son 2ème pilier, cette période est maintenant révolu et les conditions d’apport ont été durci. Pour envisager d’obtenir un crédit immobilier il faut maintenant pouvoir financer l’intégralité des frais avec son apport personnel et apporter 10% du prix d’achat du logement. En dessous de ce pourcentage, il ne sera plus envisageable de devenir propriétaire en France. 

 

Des relations bancaires pas suffisamment rentables

Avec les taux d’intérêt négatifs et la réduction des marges  sur les assurances emprunteurs, les banques gagnent moins d’argent sur une opération de crédit. Pour rentabiliser l’opération de crédit, elles se “rattrapaient” sur la banque du quotidien, les flux des salaires, cartes bancaires etc…ou mais voilà une bonne partie des non-résidents qui achète en France continue de vivre en Suisse et n’utilise que faiblement leur compte en France. Dans ces conditions, les banques ont donc décidé d’accompagner les acheteurs présentant le moins de risque pour eux, à savoir ceux disposant d’un apport significatif pour qu’en cas de défaut de paiement, la somme due soit assurément couverte par la valeur du logement.

 

Pour certains profils, c’est mission impossible 

La situation professionnel est un critère pris en compte par les établissements bancaires au moment d’accorder. Si pour les personnes en période d’essai, il faudra attendre le terme, pour les indépendants la situation est beaucoup moins simple. Seul les professionnels de santé trouvent grâce auprès des banques. Pour les autres, le rêve aura du mal à devenir réalité.

 


04/01/2019 – Taux de change, immobilier : qu’est-ce qui attend les frontaliers en 2019 ?

Après 2 semaines consacrées à célébrer Noël et le réveillon du 31, nous voici de retour pour une nouvelle année que nous vous souhaitons heureuse et remplie de nombreux projets. A l’aube de 2019 et donc à l’heure des voeux, essayons de tirer les grands lignes de ce qui pourrait attendre les frontaliers tant au niveau de l’évolution du taux de change que de l’immobilier. BONNE ANNEE !

Taux de change, immobilier : qu’est-ce qui attend les frontaliers en 2019 ?

Pour le change, c’est l’euro qui à la main

 

Et la banque nationale Suisse est bien placée pour le savoir, car elle aimerait sortir des taux d’intérêts négatifs qu’elle a dû introduire en 2015 après l’abandon du cours plancher. Le franc suisse demeure une valeur refuge dont l’évolution est fortement dépendantes des événements politico-économiques des autres puissances de ce monde. Si elle a revu à la baisse ses prévisions de croissance, la Suisse conserve de solides fondamentaux et donc un fort pouvoir d’attraction particulièrement apprécié en cas de turbulence. La question est donc plutôt de savoir comment va évoluer la zone euro dans les prochains mois. En la matière les prévisions pour 2019 sont plutôt rassurantes malgré un léger ralentissement de la croissance mais un taux chômage de la zone euro qui devrait passer sous le seuil des 8%. L’euro devrait donc prendre un peu de force par rapport au franc mais de nombreux événements politiques ( Brexit, problème migratoire, départ de Merkel, guerre commerciale avec les USA etc…) pèseront sur la tendance, amenant de la volatilité et donc des opportunités à saisir pour fixer un bon taux de change.

 

Immobilier, pas de hausse de taux avant l’été… en tout cas !

 

Les propos des banquiers centraux européens et suisses, sont très clairs : compte tenu du ralentissement constaté en fin d’année 2018, ils n’envisagent pas de hausse de taux avant cet été, en tout cas. La capacité d’achat des frontaliers ne devrait donc pas être affectée et il est encore temps pour ceux qui ne l’aurait encore pas fait de renégocier son crédit.

2019 sera marqué par l’entrée en fonction du CEVA qui devrait considérablement chambouler les modes de déplacement transfrontaliers et stimuler le marché immobilier sur les secteurs les plus impactés. De nombreux logements vont encore sortir de terre en 2019.  Portés par la demande locale et la dynamique des investissement Pinel, les promoteurs mettront sur le marché de nombreux logements neufs. Comme l’an passé, cela influera sur la valeur des logements anciens, offrant des opportunités sur des biens récents en seconde main. L’évolution des prix étant fortement influencée par la proximité avec les axes de transport en commun, la mise en service des nouveaux moyens ( CEVA, bus à Haut niveau de service) pourrait faire grimper les tarifs.

Des taux d’intérêts bas,  un cours de change euro/chf sous 1,20, un marché de l’emploi solide, la zone frontalière devrait rester dynamique. . Et comme dans le même on voit revenir des genevois s’installer en France, le marché de l’immobilier devrait bien se tenir en 2019.

 


30/10/2018 – L’euro va-t-il repasser sous 1,13 ?

Entre les inquiétudes autour du budget italien, un Brexit dont l’issue se rapproche sans compromis et c’est maintenant un des poids lourd qui chancelle après le résultats des élections en Allemagne et le départ programmé d’Angela Merckel. Toutes ces incertitudes au sein de la zone euro vont peser sur le cours euro/chf et pourrait le ramener vers 1,13..

Le budget italien est plus que jamais dans l’incertitude. Si la coalition au pouvoir dispose d’un délai jusqu’au 13 novembre pour revoir sa copie, elle semble déterminée à maintenir son projet de relance de la croissance en laissant déraper son déficit. Côté Brexit, l’échéance approche et les négociations achoppent toujours sur le problème de la frontière irlandaise. Enfin en Allemagne, après 2 défaites consécutives aux dernières élections, les partis de la collation au pouvoir n’arrive plus à convaincre entraînant le départ à terme d’Angela Merckel, accentuant le trouble autour de la zone euro et son avenir.

Les inquiétudes sont donc importantes et les perspectives plutôt négatives autour de l’euro. Dans ces conditions le franc suisse devrait reprendre de la valeur, pour le plus grand bonheur des frontaliers !

 

 

Faut-il bloquer son taux de change ?

 

Pour se protéger de la fluctuation des cours de change, les établissements financiers proposent ce que l’on appelle des couvertures à terme. Cela permet à l’utilisateur de fixer un taux de change, en l’occurrence celui du moment de la souscription, pour une période pouvant aller jusqu’à plusieurs mois. L’utilisation de ce type de solution visant avant tout à sécuriser son budget.

Jusqu’à récemment cette solution n’était proposée que par les établissements bancaires de la zone frontalière, dans un cadre très rigide : un somme fixe par mois à une date fixe.

 

 

 

Une solution plus souple pour sécuriser son budget

 

Dans le contexte actuel, les solutions proposées par les banques ne sont pas vraiment pertinent. Pourtant, avec la solution Change-privé le frontalier a maintenant la possibilité de sécuriser chaque mois son taux change. Nous proposons une couverture de change pour une enveloppe de franc suisse sur un période définie. Chaque mois, pour rapatrier votre salaire, selon le cours, vous optez librement pour le change du jour ou celui que vous avez réservé ! Vous êtes ainsi certain d’être gagnant. Vous aurez pour contrainte de transférer la somme totale réservée pendant la période définie et de faire un dépôt de garantie pouvant aller jusqu’à 10% de la somme.