NRJ Leman – Le 06/07/11 Interview du fondateur “mon-taux.com”

Interview du fondateur de “Mon-taux.com” sur NRJ Leman.


Le Messager – Le 30/06/11 Mon-taux.com

 

 

 


Le dauphiné – 30/06/11 : Le prêt à taux zéro accessible aux Suisses


Quel est le dénominateur commun à tous les frontaliers ? Le taux de change bien sûr. Français travaillant en Suisse, Suisses installés en France, le monde des transfrontaliers a besoin de savoir à quelle hauteur le franc suisse s’envole. Une info facile à trouver, un peu partout. En créant “Mon-taux.com”, Christophe Chevassus a donc voulu apporter une valeur ajoutée à cette info basique. Son site portail permet aussi à l’internaute d’obtenir des informations sur les crédits immobiliers, les assurances, la gestion du patrimoine, et surtout ? de les comparer.

« Des sites comparateurs, il en existe d’autres, mais aucun sur le segment particulier des frontaliers », assure Christophe Chevassus. Cet ancien banquier connaît bien le phénomène frontalier pour le vivre au quotidien. Gessien d’origine, 42 ans, il a exercé en France et à Genève, notamment à la Banque cantonale. « Mon métier, c’est de trouver des solutions pour placer et gérer le patrimoine ».

Il a décidé de voler de ses propres ailes en créant cette société bi-localisée. Un bureau à Plan-les-Ouates, un autre à Ferney-Voltaire, avec une équipe de conseillers de chaque côté, constituent le dispositif de “Mon-taux.com”, et bien sûr de la société gérant le site et les activités qui en découlent.

Ce jeune chef d’entreprise revendique son objectivité dans les conseils donnés. « Nous voulons donner une information neutre et indépendante, beaucoup de gens veulent profiter des frontaliers, c’est un business qui ne va pas toujours dans l’intérêt du client. Ce que nous voulons, c’est accompagner les gens de manière honnête et éthique ». Des conventions ont été passées avec plusieurs banques pour qu’elles communiquent leurs barèmes afin qu’ils figurent dans le comparateur.

L’autre idée de “Mon-taux.com”, c’est d’introduire des chroniques d’actualité régulières, avec des rubriques, sur le change ou le 2 e pilier par exemple.

Le portail internet ouvre aussi l’accès à des rendez-vous en direct avec les conseillers, le conseil en gestion de patrimoine restant le métier de base de Christophe Chevassus.

Christophe Chevassus s’est particulièrement intéressé au crédit à taux 0. Mis en place par la France pour favoriser l’accession à la propriété, le prêt à taux zéro renforcé est réservé aux acquéreurs primo-accédants. L’acheteur d’un bien en France qu’il soit français ou suisse, peut avoir accès à ce type de prêt. Si l’avantage paraît considérable pour les Suisses, il est nuancé par l’exigence d’un remboursement beaucoup plus rapide en fonction des revenus, 5 ans pour les revenus élevés.

“Mon-taux.com” participe également aux débats sur les 2 e et 3 e piliers, conseils à l’appui.

par la rédaction du DL le 30/06/2011 à 05:38  

 

 

 

Eco des Pays de Savoie – Le 03/06/11


Le pays Gessien – Le 27/05/11 : Délai supplémentaire pour la rectification de l’impôt des travailleurs frontaliers !

Tandis que l’Etat de Genève a une nouvelle fois inscrit dans son budget des remboursements d’impôts des frontaliers, le délai pour remettre sa demande de révision pourrait devenir caduc.

En effet, le tribunal fédéral a rendu un nouvel arrêt du 21 décembre 2010, qui remet en cause le délai du 31 mars, et nécessite une analyse plus poussée de la part de la Confédération et de l’Etat, concernant les demandes de rectification de l’impôt à la source pour les frais de déplacement, de repas et les primes d’assurance maladie.

Les contribuables imposés à la source auraient la possibilité de réclamer les déductions complémentaires sur leurs revenus pour les cinq dernières années.

Vu la complexité de faire aboutir sa demande de rectification, il est recommandable de faire appel à un professionnel de la place. Les fiduciaires genevoises proposent désormais aux travailleurs frontaliers de les aider à remplir leurs demandes, mais d’étudier également l’économie d’impôt réalisée ou non.


La tribune de Genève – Le 14/11/10 : Moment idéal pour acheter en France voisine !

Les résidents suisses et travailleurs frontaliers doivent profiter de la conjoncture actuelle pour acheter un bien existant ou à construire.

En effet, selon deux experts de la Banque Cantonale de Genève, les biens immobiliers du Pays de Gex sont en moyenne entre 20 et 25 % moins chers que dans la campagne genevoise et jusqu’à 40 % de moins qu’en ville de Genève.

S’ajoutant à cela, la valeur du Franc Suisse faible apporte un pouvoir d’achat plus fort.

Les prêts immobiliers CHF sont donc favorisés par des taux d’intérêts helvétiques très bas et par un risque de taux de change nul pour les mensualités du crédit.

De plus, les prêts contractés en francs suisses permettent un amortissement indirect avec le troisième pilier lié sachant que cette possibilité n’existe pas en €uro.

Les amortissements des prêts hypothécaires consentis en Suisse peuvent être étalés sur une période plus longue que celle des dettes contractées en France.

Pour les contribuables imposés à la source et résidant en France, la loi suisse permet, jusqu’au 31 décembre 2010, de récupérer fiscalement l’impôt acquitter par l’utilisation de tout ou partie du deuxième et troisième pilier pour financer l’acquisition d’une résidence principale ou pour rembourser le solde d’un prêt hypothécaire.

Il apparaît donc que tous les acteurs financiers favorisent l’acquisition d’un appartement ou d’une maison de l’autre côté de la frontière en ce moment.

Simulez votre crédit immobilier en ligne sans engagement ou bénéficiez d’une étude de vos projets par un conseiller « Mon-taux.com ».


La Tribune de Genève – Le 05/10/10

Les derniers chiffres de l’Observatoire statistique transfrontalier http://www.statregio-francosuisse.net/ font ressortir un augmentation de la hausse des travailleurs frontaliers. A mi-2010, on comptait 54’100 frontaliers en activité à Genève et 17’400 dans le canton de Vaud.

Selon La tribune de Genève, ce phénomène s’expliquerait par un retour de la croissance. Pour l’Observatoire, les accrocs de la conjoncture n’ont pas entravé la dynamique de fond de la région transfrontalière.

Toujours selon le quotidien La Tribune, le taux de croissance annuel moyen du nombre de frontalier est de 8% entre 2000 et 2008. Plus spectaculaire encore en chiffre, à l’entrée en vigueur des accords bilatéraux, en 2003, Genève enregistrait 35’600 frontaliers et 11’500 sur Vaud.

Et l’observatoire annonce que la situation perdure avec un rythme de croissance de l’espace transfrontalier de 1.2% par an en moyenne. On a pas fini de passer du temps dans les bouchons….


Le pays Gessien – Le 10/09/10

Le pays Gessien interroge Monsieur Jean François Besson, directeur transfrontalier européen, qui nous rappelle quelques principes de bon sens.

Monsieur Besson n’est pas vraiment surpris de l’évolution du Franc Suisse/Euro, en corrélation avec l’économie Suisse et l’économie des pays de la zone Euro.

La Suisse est un pays doté d’une économie saine et qui fonctionne bien. L’ampleur de la hausse du franc suisse soulève des inquiétudes, sachant que l’économie suisse repose fortement sur l’exportation..

Celle-ci ne semble pas être touchée pour le moment et aucun seuil d’alerte n’a été atteint.

Difficile de prévoir l’évolution économique des prochains mois.

La situation économique est donc cependant, très favorable aux frontaliers.

Monsieur Jean-François Besson préconise donc aux frontaliers de pratiquer, avec leur agence bancaire une vente à terme (garantie de change contre un certain montant mensuel sur une durée préférable).

Il encourage vers l’acquisition d’un bien immobilier, valeur refuge, avec les taux d’emprunts actuellement très attractifs et un franc suisse haut.


Le Dauphiné libéré – Le 06/09/10

Avec le contexte économique actuel, un franc Suisse plus fort que l’Euro, le Dauphiné Libéré nous laisse présager un retour de la demande frontalière sur le marché des biens immobiliers.

En effet, la clientèle genevoise a récupéré 20% de son pouvoir d’achat.

Elle ne s’est pas fait sentir début Septembre sans doute dû aux vacances d’été.

Cependant,  un agent immobilier annemassien exprime son appréhension. Il espère que le contexte économique d’aujourd’hui ne sera pas le reflet du phénomène de 2007, avec des prix immobiliers surélevés, ne correspondant plus à la valeur des biens, qui entraîna un marché bloqué.

Le marché de l’immobilier genevois revenu raisonnable, avec une baisse des prix de 10 à 15% selon l’immobilier annemassien pourrait donc a nouveau, connaître une flambée des prix dans ces prochains mois.