22/12/2014 – La BNS a introduit les taux d’intérêts négatifs !

La BNS ne laisse pas tomber le franc suisse. En introduisant un taux d’intérêt négatif de -0.25 sur les avoirs en compte de virement, elle cherche à réduire l’attrait de la monnaie nationale. Cette mesure annoncée en fin de semaine passée concerne les dépôts des établissements bancaires auprès de la banque nationale. Elle a pour but de maintenir le taux plancher de 1.20 par rapport à l’euro. Si l’idée de l’introduction de taux d’intérêts négatifs était dans l’air depuis longtemps, l’annonce surprise est probablement liée au regain d’intérêt de la monnaie helvétique pour les investisseurs russes dont la monnaie s’écroule jour après jour.

Cela a eu pour effet de faire rebondir le cours du franc suisse par rapport à l’euro, sans pour autant décoller de  la zone des 1.20. Mais l’objectif demeure clairement de faire baisser le taux du Libor en territoire négatif !

Et pour les crédits immobiliers en devise ?

Ce matin le LIBOR 3 mois en francs suisse, qui a été largement utilisé par le passé pour les crédits immobiliers des frontaliers, s’inscrit donc en négatif à -0.05%. La baisse en elle-même n’est pas spectaculaire, car le taux était très proche de 0 depuis de nombreux mois, mais c’est surtout le symbole que représente le symbole négatif qui est à noter. Les travailleurs frontaliers qui ont contracté un crédit indexé sur le LIBOR 3 mois n’ont plus qu’à se plonger dans les conditions générales de leurs contrats afin d’identifier l’impact de ces taux négatifs. Logiquement, ils devraient voir baisser le taux de leurs emprunts le mois prochain.

 

Pour les particuliers, la mauvaise nouvelle réside dans les dépôts et l’épargne dont les rendements devraient encore reculer. Pour les travailleurs frontaliers qui ne sont pas propriétaires de leur résidence principale, il s’agit peut-être d’une opportunité à saisir : emprunter à taux bas plutôt que voir le rendement de son épargne chuter.

Reste maintenant à suivre l’attitude des banques qui vont maintenant devoir payer pour placer leurs dépôt à la BNS. Peut-être préfèreront-elles placer ces capitaux auprès des particuliers et des entreprises en étant plus accommodantes dans leur politique d’attribution des crédits ? Début de réponse sur les premiers jours de 2015.

partager facebook

Laisser un commentaire